« Grand Dijon Habitat : des compléments d’indemnités en toute discrétion pour certains élus ! »

L’association de défenseur des consommateurs et des usagers CLCV de Côte-d’Or nous apprend que le président de Grand Dijon Habitat, monsieur Hamid EL HASSOUNI, bénéficie d’indemnités versés par cet office public HLM, au sein duquel il représente Dijon métropole.

Nous avions dénoncé, en 2015, que le même élu, à l’époque président de Dijon Habitat, occupe un logement locatif du parc de l’office qu’il présidait, situation à laquelle il avait mis fin dans les meilleurs délais.

Nous découvrons désormais avec étonnement que le président de Grand Dijon Habitat touche une « indemnité de réunion » de 68,61 €, au titre de sa présence en réunion dans cet office HLM. Le total versé à ce titre s’élève à 26 277 € sur la période 2015-2020.

Sans méconnaître la faculté réglementaire ouverte aux offices publics HLM d’accorder des indemnités sous certaines conditions, notamment à des salariés du privé en considération de la perte de revenus, nous nous interrogeons sur l’opportunité et sur la transparence.

Ces indemnités nous surprennent, car il s’agit d’une représentation de la métropole dans un établissement public qui lui est rattaché et le président de l’office public HLM ne peut être qu’un élu de la métropole. Les élus désignés sont le plus souvent déjà indemnisés au titre de leurs mandats, en l’occurrence plus de 6 500 € en montant mensuel brut pour celui qui préside Grand Dijon Habitat.

Leur existence n’a jamais été communiquée aux élus de la métropole. Dans le tableau des indemnités des élus présenté au conseil de Dijon métropole, le 24 mars 2022, aucune somme n’était déclarée pour M. Hamid EL HASSOUNI au titre des « autres mandats liés au mandat métropolitain ».

Nous demandons au président de Dijon métropole de faire toute la transparence sur ces indemnités connexes et de rendre publiques les indemnités qui pourraient être perçues par d’autres représentants de Dijon métropole au conseil d’administration de Grand Dijon Habitat.

Nous souhaitons que cette transparence soit étendue, au-delà, à tous les représentants désignés par la métropole de Dijon ou la ville de Dijon dans des organismes extérieurs.

Dans une période difficile à tout point de vue pour Grand Dijon Habitat et pour ses locataires, notamment sur le plan financier, nous souhaitons qu’il soit mis fin à ces indemnités connexes.
 
Groupe municipal Agir ensemble pour Dijon
Emmanuel Bichot
Laurence Gerbet

Dijon, le mardi 20 septembre 2022

Tribune Dijon Mag 360 – septembre 2022

DIJON MAG N°360 – SEPTEMBRE 2022

Les animaux domestiques sont les fidèles compagnons de nombreux Dijonnais. Ils ont leur place dans notre ville, dans le respect de tous. Nous proposons l’installation d’espaces canins délimités de grande superficie dans les parcs et jardins, ainsi que la multiplication des distributeurs de sacs. Également, plus de moyens pour stériliser les chats errants ainsi que des abris pour les accueillir. Aimons et protégeons les animaux de compagnie !

Agir ensemble pour Dijon – Droite, Centre et Indépendants
Emmanuel BICHOT, président, Laurence GERBET

Tribune Dijon Mag 359 – juillet-août 2022

DIJON MAG JUILLET-AOÛT 2022 – N°359

Redisons avec force l’urgence de s’adapter au réchauffement climatique pour le bien-être des Dijonnais. Lutter contre les îlots de chaleurs, végétaliser la voirie et les espaces publics, éradiquer rapidement les préfabriqués et les passoires thermiques dans les écoles, accélérer la rénovation thermique des bâtiments publics, ouvrir dans chaque quartier une salle rafraîchie pour les aînés et les plus fragiles en période de canicule. Agissons !

Agir ensemble pour Dijon – Droite, Centre et Indépendants
Emmanuel BICHOT, président, Laurence GERBET

Tribune Dijon Mag 357 – mai 2022

DIJON MAG N°357 – MAI 2022

La municipalité se dit « progressiste ». Chacun son avis. Est-ce nécessairement un progrès quand, à Dijon :
– Le taux des impôts locaux augmente de 30 % en 20 ans ?
– Les agressions physiques et le trafic de drogue augmentent de 50 % en dix ans ?

– La densification urbaine supprime arbres et espaces végétaux ?
– Le taux de chômage (recensement Insee) augmente de 50 % entre 2006 et 2018 ? – Le taux de pauvreté atteint 15 % en 2019 ?
– Le nombre d’étrangers augmente de 50 % (+ 5 000) entre 2010 et 2018 ?

Agir ensemble pour Dijon – Droite, Centre et Indépendants
Emmanuel BICHOT, président, Laurence GERBET

Tribune Dijon Mag 356 – avril 2022

DIJON MAG NUMERO 356 – AVRIL 2022

La majorité municipale a tranché : la taxe foncière des Dijonnais augmentera de 5 % en 2022, un record depuis plus de 20 ans ! Le taux additionnel affecté à la métropole s’envole littéralement, avec un bond de + 130 %.

Notre amendement pour baisser le taux de la ville de Dijon de 5 % a été rejeté. C’est d’autant plus incompréhensible que le budget de la ville est en suréquilibre et que le maire avait promis de ne pas augmenter les impôts durant son mandat.

Agir ensemble pour Dijon – Droite, Centre et Indépendants
Emmanuel BICHOT, président, Laurence GERBET

Tribune Dijon Mag 358 – juin 2022

DIJON MAG N°358 – JUIN 2022

La municipalité poursuit une politique de bétonisation totalement excessive. Sur le seul secteur de l’avenue du Drapeau, d’une longueur de 1,5 km, nous avons recensé 14 opérations immobilières, pour plus de 1700 nouveaux logements !

Les pavillons et espaces verts sont remplacés par des immeubles et un canyon urbain. Les problèmes d’îlots de chaleur, de délinquance et de stationnement sont amplifiés. Nous vous invitons à consulter notre vidéo à ce sujet, sur notre site : agirensemblepourdijon.fr

Agir ensemble pour Dijon – Droite, Centre et Indépendants
Emmanuel BICHOT, président, Laurence GERBET

Tribune Dijon Mag 355 – mars 2022

DIJON MAG N° 355 MARS 2022

Pour le dixième anniversaire du retour du tramway à Dijon, succès technique incontestable, nous souhaitons que soient également évoqués les effets secondaires sur la mobilité ou encore la regrettable politique des « canyons urbains ». Nous y reviendrons.

Nous proposons qu’à cette occasion chacune des 33 rames de tramway soit associée à un personnage emblématique de notre ville, Dijonnaises ou Dijonnais célèbres. Faites-nous part de vos suggestions !

Agir ensemble pour Dijon – Droite, Centre et Indépendants
Emmanuel BICHOT, président, Laurence GERBET

« Le quartier de la Fontaine d’Ouche doit rester desservi par les transports en commun »

Depuis jeudi soir, le quartier de la Fontaine d’Ouche n’est plus desservi par les transports en commun après 20 h, au moins jusqu’au 18 juillet. Les lignes Corol et L3 s’arrêtent en lisière du quartier.
 
La cause est, sans surprise, le regain de tensions dans le quartier depuis plusieurs jours, avec des tirs de mortiers sur les forces de l’ordre et des guets-apens tendus aux pompiers. 
 
La décision de retrait prise par Divia, pour protéger son personnel et ses passagers, peut parfaitement se comprendre.
 
En revanche, la municipalité de Dijon et la Préfecture n’ont pas le droit de baisser les bras et de capituler devant cette situation. Où sont le maire de Dijon, ses principaux adjoints, le délégué pour ce quartier, le député ?
 
Le quartier de la Fontaine d’Ouche ne doit pas basculer dans une zone de non-droit, où les dealers et délinquants imposent leur loi. Il ne faut pas céder un pouce de terrain.
 
Ses habitants, dont la plupart subissent cette situation, ne sont pas des citoyens de seconde zone. 
 
Depuis des années nous alertons sur le fait qu’investir des sommes astronomiques (120 millions d’euro) dans la rénovation urbaine du quartier ne suffira pas à ramener l’ordre et la tranquillité publique. 
 
Il faut changer la politique de peuplement et déployer des moyens exceptionnels puis permanents pour lutter contre les trafics et rétablir l’ordre républicain.
 
Nous demandons une présence policière permanente au cœur du quartier, avec un commissariat commun réunissant police nationale et police municipale.
 
Dans l’immédiat, nous demandons qu’un dispositif de crise soit mis en place et les moyens nécessaires mobilisés pour rétablir dès lundi la desserte du quartier le soir. L’instauration d’un couvre-feu au-delà d’une certaine heure plus tardive doit être décidée si nécessaire.
 
Ce quartier mérite mieux qu’une mise en scène  électorale le temps des élections présidentielles, pour être relégué aussitôt après dans l’indifférence et la résignation.
 
Groupe municipal Agir ensemble pour Dijon
Emmanuel Bichot
Laurence Gerbet

Dijon, le samedi 2 juillet 2022

La densification urbaine de l’Avenue du Drapeau

Nous vous proposons de faire un zoom sur les effets de la densification urbaine Avenue du Drapeau.

Nous parlons d’une portion d’avenue, du sud vers le nord, qui représente 1,5 km seulement. Il y a deux effets qui jouent. Le premier est l’effet « canyon », puisque la politique urbaine consiste à créer un canyon urbain du sud vers le nord avec des immeubles de plus de 20 mètres de hauteur de chaque côté, sans discontinuité. Le second effet qui joue est la densification dans un rayon de 500m autour de chaque arrêt de tram.

Au final, nous avons recensé 14 opérations sur 1,5 km, pour un total de près de 1700 logements en construction ou programmés à court terme, et une densification extrême dans un quartier qui connaît par ailleurs de graves difficultés de délinquance qui n’ont pas été résolues. Nous avons ici l’illustration d’une politique urbaine de densification excessive, que malheureusement nous dénonçons déjà depuis de nombreuses années.

« Pour lutter contre les vols, proposons le marquage gratuit de tous les vélos à Dijon ! »

Le vol de vélos est un fléau qui laisse désemparés de nombreux usagers à Dijon, comme en attestent de nombreux témoignages à longueur d’année.

Les vélos sont volés dans la rue, mais aussi dans les garages, les parties communes ou les cours d’immeubles. Près d’un vélo sur cinq serait ainsi dérobé chaque année ! C’est un des principaux freins aujourd’hui au développement du vélo, qui présente pourtant de nombreux avantages pour la santé et pour l’environnement.

Le paradoxe est que de nombreux vélos sont retrouvés, mais ne peuvent être restitués à leurs propriétaires faute d’identification ! En outre le délit de vol ou de recel est plus difficile à caractériser, ce qui favorise cette délinquance.

La solution, mise en œuvre avec succès dans d’autres pays européens depuis des années (le taux de restitution s’élève à 40 % en Allemagne), est le marquage à grande échelle du parc de vélos.

Son efficacité sera renforcée en France par le marquage obligatoire, depuis le 1er janvier 2021, de tous les nouveaux vélos vendus dans le commerce et la mise en place d’un fichier national unique.

C’est pourquoi nous proposons, au niveau local, d’organiser une grande campagne de marquage gratuit de tous les vélos antérieurs au 1er janvier 2021.

Ce service serait proposé à tous les Dijonnais et habitants de Dijon métropole pour les vélos dont ils sont propriétaires.

L’efficacité de cette mesure sera d’autant plus grande que la mobilisation citoyenne sera forte.  

L’opération pourrait être réalisée avec le concours des associations volontaires déjà équipées (EVAD, La Bécane à Jules, La Boîte à vélos), et avec des opérateurs privés agréés qui se porteraient volontaires.

Le marquage des vélos pourrait être réalisé lors d’opérations ponctuelles à forte visibilité (par exemple le samedi dans tel ou tel quartier), ainsi que de manière permanente, sur une période d’au moins un an, auprès des partenaires identifiés.

Si cette mesure est envisageable sur le seul périmètre de la ville de Dijon, il serait préférable et plus efficace de la déployer d’emblée sur l’ensemble de la métropole dijonnaise.

Le coût de cette mesure, de l’ordre d’une dizaine d’euros par vélo, serait pris en charge par Dijon métropole. Une dépense raisonnable au regard de ses retombées positives pour la collectivité.

Dijon, le lundi 23 mai 2022

Emmanuel BICHOT (président) et Laurence GERBET